Home / Les dernières actualités / Pakistan : les écoles de filles entraînent les élèves à décapiter Macron le blasphémateur (vidéo)

Pakistan : les écoles de filles entraînent les élèves à décapiter Macron le blasphémateur (vidéo)

Captain Harlock
Démocratie Participative
31 octobre 2020

 

D’après les médias français et tous les partis politiques, l’usage de la décapitation n’est le fait que d’une poignée de djihadistes illuminés.

Mais en fait, non. C’est un truc que les quelques 1,8 milliard de musulmans trouvent banal de faire à des infidèles quand ils sont offensés.

Au Pakistan, ils forment en ce moment même leurs gamines à décapiter Macron.

Jamia Hafsa, enseignante radicale au Séminaire Islamique pro-djihad pakistanais, décapite l’effigie du président français Macron devant des étudiantes ayant subi un lavage de cerveau, dont beaucoup sont des enfants.

C’est la capitale du Pakistan, n’oubliez pas.

C’est une scène anodine au Pakistan. Et en fait, dans tous les pays musulmans. Ce sera aussi quelque chose de banal dans les écoles françaises d’ici 30 ans. Ils utiliseront des effigies de Samuel Paty pour enseigner la décapitation aux petits Fronssés.

En soi, ça ne me dérange pas. Les musulmans font ce qu’ils veulent. C’est juste qu’il faut savoir ce genre de choses avant d’en importer 10 millions dans un pays comme la France. Mais que ce soit Macron ou Darmanin, aucun d’eux ne voit de rapport entre immigration musulmane et musulmans. C’est quelque chose qu’ils n’arrivent pas à conceptualiser.

Donc ces gens vont bientôt arriver (en plus de ceux qui sont déjà là).

Je ne sais pas combien il y a de pakistanais en France. Le gouvernement français non plus d’ailleurs. En revanche, je sais que les cervelles de ces gens marron sont chauffées à blanc par tous les appels à décapiter des Français qui saturent l’internet depuis plusieurs semaines.

Beaucoup de ces pakpaks sont de bons musulmans et un bon musulman veut atteindre le paradis d’Allah avec ses 72 vierges.

Donc, des têtes vont tomber en France.

Commentez l’article sur EELB.su